Arrêts de travail

Mise à jour le 07/02/2020

 

Lorsque vous êtes dans l’incapacité de continuer ou de reprendre votre activité professionnelle pour raison de santé, votre médecin vous prescrit un arrêt de travail.  La CRPCEN vous verse alors des indemnités journalières afin de compenser votre perte de salaire.

 

 

Votre médecin vous a prescrit un arrêt de travail. Vous devez adresser :

  •  les volets 1 et 2 à la CRPCEN dans les 48 heures ;
  •  le volet 3 à votre employeur ou à Pôle Emploi si vous êtes au chômage.

Être en arrêt maladie entraîne certaines obligations de votre part. Vous devez : 

  • respecter les heures de sortie autorisées par votre médecin (en dehors des plages horaires « 9h à 11h » et « 14h à 16h ») ;
  • vous abstenir de toute activité non autorisée ;
  • ne pas vous éloigner de votre domicile sans autorisation de la Caisse ;
  • vous soumettre aux contrôles organisés par le service médical de la CRPCEN.
     

Le saviez-vous ? 

Les indemnités journalières ne sont pas cumulables avec les allocations chômage. Pendant votre arrêt maladie indemnisé, vos allocations chômage sont suspendues.

Seul le médecin qui vous a prescrit votre arrêt de travail initial ou votre médecin traitant peut prescrire la prolongation de votre arrêt de travail.


La prescription de la prolongation de l'arrêt de travail par un autre médecin est cependant autorisée par exception dans les cas suivants :

  • par le médecin remplaçant du médecin prescripteur de l'arrêt de travail initial ou du médecin traitant ;
  • par le médecin spécialiste consulté à la demande du médecin traitant ;
  • lors d'une hospitalisation.

En dehors de ces cas, vous devez justifier par tous moyens auprès de la CRPCEN de l'impossibilité du médecin prescripteur de l'arrêt initial ou de votre médecin traitant de prescrire la prolongation de votre arrêt de travail.

Le saviez-vous ? 

Vous avez la même obligation d'envoyer votre avis de prolongation d'arrêt de travail sous 48 heures à la CRPCEN et à votre employeur (ou à votre agence Pôle Emploi).

Dès la fin de votre arrêt de travail, vous êtes tenu de reprendre votre activité professionnelle. Vous n'avez pas de formalités à accomplir auprès de la CRPCEN. Toutefois, la reprise du travail peut avoir lieu à temps partiel pour motif thérapeutique. 
Si vous êtes au chômage, vous recommencez à percevoir vos allocations, pour une période prolongée du nombre de jours indemnisés par la CRPCEN.

Le travail à temps partiel pour motif thérapeutique constitue une alternative permettant de concilier son état de santé et sa vie professionnelle. Il s'inscrit soit dans le cadre de la reprise de son activité après un arrêt de travail, soit dans le cadre d'un maintien au travail, si votre état de santé ne vous permet pas de reprendre ou poursuivre votre emploi dans les conditions habituelles. Il ne s'agit pas automatiquement d'un mi-temps.

L'activité à temps partiel pour motif thérapeutique doit être prescrite par votre médecin traitant, qui précise le pourcentage d'activité.

Vous devez ensuite nous adresser les volets 1 et 2 de cette prescription et communiquez le volet 3 à votre employeur.

Celui-ci donne son accord de principe, sous réserve de l'avis favorable du médecin du travail et dans le respect des préconisations émises. Vous devez définir avec lui les modalités de votre temps partiel.

Le médecin conseil de la Caisse donne un avis favorable ou non au paiement d'indemnités journalières (IJIndemnités journalières ).

 

Votre navigateur est obsolète.

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site correctement. Mettre à jour mon navigateur.

×